Élections municipales et intercommunales des 15 et 22 mars 2020

Samedi 28 novembre, SQY s'est rassemblé contre les lois liberticides

De nombreuses associations et citoyens sont venus protester contre la loi “Sécurité Globale” devant le théatre de St Quentin en Yvelines, ce samedi 28 novembre.

L’intervention de AIMES au rassemblement, via la voix de Claire, présidente de l’association :

AIMES, alternative ignymontaine écologiste et solidaire, est une association implantée localement dont le principal objectif est d’engager et soutenir des actions citoyennes dans les thématiques de la solidarité, de la transition écologique, et de la démocratie participative. L’association AIMES est engagée dans la vie politique de la ville de Montigny-le-Bretonneux avec cinq élus au conseil municipal et de l’agglomération de Saint Quentin en Yvelines avec un élu au conseil communautaire.

Nous avons fait le choix de soutenir et de participer à ce rassemblement contre la loi de sécurité globale, de nous tenir toutes et tous debout contre cette loi.

La liberté, notre liberté, est menacée et, en tant que citoyens impliqués dans la vie locale, nous ne pouvons rester sans réagir, car cette loi permettra des politiques liberticides tant au niveau national que local.

Plusieurs articles de la loi (20, 21, 22) le montrent : l’éventuelle possibilité de consulter les images des caméras de vidéoprotection, l’exploitation en temps réel des images des caméras-piétons des policiers, la généralisation des drones comme outils de surveillance. Tous ces dispositifs représentent une menace pour la confidentialité, la liberté d’expression et vont à l’encontre des Droits de l’Homme.

Déjà, en septembre 2019, un article paru dans Actu 78 rapportait les propos de Mr Fourgous, maire d’Elancourt et président de l’agglomération, sur l’utilisation des dispositifs “modernes” de surveillance:

La Ville ne compte pas s’arrêter là en matière de sécurité. Les agents de la police municipale devraient être équipés de drones « quand la loi nous le permettra, précise l’élu. On est prêts à les utiliser.» 

Aujourd’hui, la loi de sécurité globale le permet !

Au dernier conseil municipal de Montigny ainsi qu’au dernier conseil d’agglomération, un financement a été voté pour la construction du nouveau commissariat d’Elancourt, ce commissariat “du futur” se veut un commissariat à la pointe de la technologie…

Les communes et leurs polices municipales ne seront pas en reste, elles ont de plus en plus tendance à multiplier les caméras de surveillance, l’exemple de Nice est le plus connu, mais à Montigny aussi, les caméras se multiplient. Il a encore été voté mi 2020 l’installation de quelques caméras supplémentaires.

La réalité de cette loi de sécurité globale est bien là, un impact immédiat, une société sécuritaire pas seulement lorsque l’ordre public est menacé, mais dans notre quotidien, dans chaque ville qui pourrait s’en emparer dans la mesure où elle s’étend aux polices municipales.

Le recours à des technologies potentiellement invasives et intrusives ne peut se faire que dans un champ d’application extrêmement borné et circonstancié sur le plan juridique, le vide du texte sur la reconnaissance faciale laisse la voie libre à des ordonnances ultérieures qui permettraient l’usage décomplexé d’une telle technologie.

Nous pensons qu’une police forte est une police qui a la confiance des concitoyens, une police qui prévient plutôt qu’une police qui réprime, une police qui parmi ses rangs ne tolère pas les écarts de langages, une police qui parmi ses rangs ne tolère pas les écarts de violence, une police qui est exemplaire.

C’est pour tout cela qu’aujourd’hui nous sommes présents à ce rassemblement, pour garantir notre liberté individuelle et collective, pour garantir qu’en France la police traite tous les citoyens avec respect.

Nous terminerons en citant Benjamin Franklin “Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux”, nous ne voulons perdre ni l’une ni l’autre.

La presse en parle

L'appel au rassemblement

Alors que la gravité de la crise sanitaire devrait mobiliser toutes ses forces, c’est au renforcement du contrôle social et des outils répressifs que ce gouvernement et sa majorité parlementaire travaillent en urgence et de toute part afin d’imposer son agenda néolibéral, antisocial, climaticide et ultra-sécuritaire.    

Avec la loi « Sécurité Globale », un nouveau pas est franchi dans la destruction du contrat républicain, de l’équilibre des pouvoirs et des libertés publiques.

En protestation à cette dérive autoritaire par l’adoption de ce texte par l’Assemblée nationale, et avant son passage au Sénat,  différentes organisations yvelinoises* appellent à :

Un rassemblement contre les lois liberticides samedi 28 novembre de 11h à 12h30 devant le théâtre de Saint Quentin en Yvelines à Montigny-le-Bretonneux.

 

Tous et toutes ensemble,

  • Opposons-nous à la surveillance généralisée de l’espace public et des mouvements sociaux,
  • Opposons-nous au renforcement du contrôle social par outils technologiques, notamment par les drones et les caméras piétons.
  • Opposons-nous à l’institutionnalisation de l’impunité et de l’arbitraire policier et du « contrôle social global » que ce texte vise à instaurer.

Collectivement, organisons-nous, discutons, réunissons-nous pour que là-haut, ils n’oublient pas que nous ne sommes pas prêts à enterrer nos libertés !

Ce rassemblement est valablement déclaré, et sauf interdiction de la préfecture (qui sera annoncée par ce même canal), il sera possible de s’y rendre (masqués) en se munissant de l’attestation spécifique jointe

Accueil sur place dès 10h45.  N’hésitez pas à consulter les recommandations complémentaires de la LDH en vue de la participation à ce rassemblement.   

À l’issue de ce rassemblement les personnes qui le souhaitent pourront rejoindre la manifestation parisienne à 14h – Place de la République.

*Organisations appelantes par ordre alphabétique :

Plus d’informations sur les aspects liberticides de la loi de Sécurité globale :

Texte commun aux organisations appelantes

Laisser un commentaire

Fermer le menu