Élections municipales et intercommunales des 15 et 22 mars 2020
Retour sur le printemps du conseil municipal

15 mars 2020, 23h : les résultats sont désormais connus. Après une campagne enthousiaste, la liste AIMES Montigny réalise un score de 27,6 % et obtient 5 postes d’élus. Le coronavirus perturbe les élections, les célébrations et la suite : nous sommes confinés. Le conseil d’installation du conseil municipal doit se réunir le 22 mars. Une réunion entre le maire et les têtes de liste des 3 équipes a lieu pour préciser le déroulé particulier de ce conseil. Nous y sommes représentés par notre binôme tête de liste. Pour préparer ce conseil, nous constituons un « shadow cabinet » formé des 5 élus et des 5 suivants sur la liste, qui se réunira avant chaque conseil municipal. L’objectif : préparer les commissions et les conseils municipaux collectivement, comme tout ce que AIMES fait : analyse des dossiers, décisions sur les votes, rédaction des interventions, choix des questions orales et rédaction des tribunes pour le journal L’ignymontain. Suite à une décision gouvernementale, ce premier conseil sera finalement reporté au 23 mai. 

11 mai : fin du confinement. La vie reprend presque le cours normal des choses, le conseil d’installation va pouvoir avoir lieu.

23 mai : Nous nous retrouvons à 10h dans la grange de la Ferme du Manet, la salle du conseil de la mairie étant trop petite pour pouvoir installer les tables dans le respect des normes de distanciation physique. Nous sommes 5 élus : Vivien Gasq, Caroline Scao, François André, Sonia Tessé et Guillaume Beuriot. Pour 4 d’entre nous, c’est une première. Le moment est solennel, les portraits officiels sont pris. Nous avons hâte de représenter AIMES et ceux qui nous ont fait confiance en votant pour nous, de porter les valeurs qui sont les nôtres et que nous avons défendues pendant la campagne. Lors de ce conseil, notre groupe présente Vivien Gasq comme porte-parole pour cette année et la candidature de Caroline Scao au poste de Maire. Après le discours de Caroline (à retrouver ici), M. Merckaert est élu maire et prononce son discours de victoire. Nous devons nous prononcer sur le choix des délégations et la liste des adjoints correspondants. Nous faisons le choix de nous abstenir : notre équipe, si elle avait été élue, aurait présenté une autre organisation. Nous votons contre les délégations de pouvoirs du conseil municipal au maire : nous nous opposons au fait que le maire puisse décider seul d’emprunts pour un montant de 15 millions d’euros. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces éléments sur le procès verbal du conseil.

Le conseil municipal est désormais installé. Nous allons enfin pouvoir travailler et défendre l’écologie, la solidarité et la démocratie participative. Du fait des mois de confinement, les réunions vont s’enchaîner et les conseils également.

Les 5 élus AIMES lors du conseil d'installation

2 juin : Le conseil du 2 juin est la suite du conseil d’installation, raccourci pour cause de COVID19. Il a lieu à la mairie, seuls sont présents le maire, les adjoints et les conseillers d’opposition (AIMES Montigny et Montigny Solidarité). Il n’y a pas beaucoup d’enjeux : il s’agit d’élire les conseillers municipaux aux différentes commissions mises en place pour analyser les sujets présentés en conseil municipal. Elles se tiennent environ 15 jours avant les conseils et nous permettent de débattre des choix faits par Montigny Ensemble, d’apporter la vision de AIMES pour tenter de faire bouger les lignes. Lors de ce conseil, nous procédons également au vote des indemnités du maire et des adjoints. Nous nous sommes opposés à la répartition des indemnités présentées. Nous croyons en une répartition du travail et une implication de tous les conseillers, comme nous l’avons présenté lors de la campagne. Les 39 conseillers (majoritaires et minoritaires) devraient tous obtenir une indemnité et être impliqués dans l’élaboration des décisions, pas simplement dans leur validation. Nous nous sommes aussi opposés à l’attribution de 500 € mensuels de frais de représentation au maire sans justification à fournir au conseil municipal. Ce manque de transparence n’est pas dans les gènes de AIMES.

Après cette date, le fonctionnement normal du conseil se met en place. Un conseil est prévu le 22 juin avec 60 points à l’ordre du jour ! Il sera séparé en 2 conseils les 22 juin et 6 juillet. Quinze jours avant, les commissions se réunissent le lundi ou le mardi, nous recevons les dossiers le jeudi ou le vendredi précédent. Cela laisse peu de temps pour éplucher tous les dossiers. Durant cette phase de préparation, chaque élu est accompagné par un non élu du “shadow cabinet”. Ce travail en binôme, celui que nous avions imaginé pendant la campagne, permet de confronter les points de vue, de décider d’un avis à donner en commission. Puis, le jeudi précédant les conseils, le “shadow cabinet” se réunit et travaille sur les projets de délibérations reçus le mardi et sur les prises de paroles que nous réaliserons pour expliquer nos votes. Nous devons également rédiger les questions orales, non liées à un point de l’ordre du jour, et les adresser à la mairie avant le vendredi minuit. Tout cela représente une lourde charge de travail que nous n’avions pas anticipée, car les conseils se sont enchaînés à une fréquence anormalement élevée du fait du confinement. Les dossiers présentés en commissions des finances sont volumineux, difficiles à comprendre pour des non-initiés. Nous apprenons, profitons de l’éclairage des anciens élus (Vivien et Jean-Luc) et de ceux dont c’est le métier (Céline pour les finances par exemple, Caroline pour l’urbanisme, Vivien pour le social,…). Nous découvrons la frustration de notre rôle : les dossiers sont déjà achevés quand ils nous sont présentés. Les échanges, que nous avons pendant les commissions, nous permettent de comprendre les décisions sans que nous ayons la moindre influence sur celles-ci. Les délibérations sont éventuellement modifiées à la marge quand nous leur signalons des erreurs. 

Le parking occupé par les élus AIMES

22 juin : Le conseil municipal a de nouveau lieu à la Ferme du Manet en effectif complet. Avec ses 32 points à l’ordre du jour, la séance s’annonce intense ! Un gros dossier au programme : le débat d’orientation budgétaire (DOB) et le vote des budgets primitifs (BP), présentés par Mme Bastoni, première adjointe au maire déléguée aux finances, à la transition écologique, et à la commande publique. En temps normal, ces délibérations ont lieu en avril (un mois après l’élection) et présentent un budget de transition le temps que l’équipe se mette en place. Du fait du confinement, ce budget est présenté avec 2 mois de décalage. Nous nous attendions donc à ce que l’équipe Montigny Ensemble, qui dirige la mairie depuis plus de 20 ans et maîtrise donc tous les dossiers, mette à profit le confinement pour présenter des orientations budgétaires incluant les engagements de leur programme, notamment en matière de transition écologique et prenant en compte l’impact de la crise sanitaire et de la crise économique et sociale qui s’annoncent. Il n’en est rien. Nous attendions autre chose de l’équipe élue qu’un simple copier/coller des années précédentes. Quelle est la vision de cette équipe renouvelée pour moitié ? Nous sentons bien la “continuité” mais elle n’est pas “créatrice” comme son slogan de campagne l’annonçait.

Par ailleurs, les BP (budgets primitifs) ne tiennent pas compte des résultats de 2019. Habituellement, ils ne sont connus que courant avril ou mai ce qui explique qu’ils ne soient pas pris en compte. Nous sommes dans une situation toute autre. Mme Bastoni nous explique que les résultats 2019 et les impacts du confinement seront pris en compte dans le vote du budget rectificatif en septembre. Ils auraient, selon nous, dû être intégrés dès ce premier vote. L’excédent de 16 millions d’euros qui est reporté d’année en année sera de nouveau inutilisé et il est prévu d’emprunter 10 millions d’euros pour la réalisation de projets de la mairie. Nous votons contre ces budgets primitifs qui nous paraissent déconnectés du contexte actuel. Par ailleurs, le budget du Forum des arts Charles Aznavour augmente encore et la construction du parking sur une partie de l’aire de jeux de la Sourderie est maintenue.

Lors de ce conseil, une des délibérations portait sur la mise à disposition d’une voiture de fonction pour le Maire. Nous avons proposé à la place de la voiture de fonction que le Maire dispose d’une voiture de service quand il était nécessaire de se déplacer en voiture et pourquoi pas d’un vélo pour les courts déplacements. Nous avons voté contre cette délibération.

Après 4h de débats, durant lesquels nous avons fait valoir les valeurs de AIMES défendues pendant la campagne pour un budget écologique, social et démocratique, nous sortons de cette séance fatigués et amers. Les réponses à nos questions orales (envoyées avant le conseil) ne sont pas satisfaisantes. M. Merckaert se cache derrière des jeux de mots. Vous pourrez retrouver une synthèse des différents échanges dans le procès verbal de la séance.

Les élus AIMES lors du conseil municipal du 22 juin 2020

6 Juillet  : dernier conseil avant la pause estivale. Il porte essentiellement sur les comptes de l’année 2019, et sur la carte scolaire de la rentrée. Le but est de voter l’approbation des comptes qui ont déjà été validés par des experts, mais aussi de revenir sur des projets qui ont été menés par la majorité précédente ou qui sont en cours de réalisation. Nous nous sommes abstenus ou opposés à ces comptes réalisés lors de la mandature précédente. Un public nombreux était présent, composé principalement de parents d’élèves opposés à la fermeture de classes dans la nouvelle carte scolaire. Malgré les conditions sanitaires actuelles, des fermetures sont prévues sur certaines écoles amenant à des classes surchargées (30 élèves et plus en maternelle). La mairie a fait le choix de ne pas s’opposer à l’inspectrice de l’éducation nationale en arguant qu’il n’est pas possible de faire autrement. Nous demandons à la mairie de soutenir les parents et les enfants et de s’engager fortement dans le maintien de ces classes dans un contexte ou les inégalités ont été aggravées par le confinement. Les questions orales ont à nouveau été porteuses d’amertume. En effet le maire n’a pas voulu répondre à la question au sujet de la mise en place d’une cuisine communale ou intercommunale car la tournure de la question ne lui paraissait pas adaptée. Pour ce qui est des autres questions, les réponses apportées sont pour nous des non réponses.

Ce mandat a démarré sur les chapeaux de roues. En quelques semaines, il a fallu nous adapter à la situation actuelle, prendre en main ce nouveau mandat et défendre nos valeurs lors de ces différents conseils. Ce n’est parfois pas simple mais c’est un réel plaisir de pouvoir mettre en avant nos convictions et en débattre. Nous ne sommes pas là pour nous opposer systématiquement. Nous souhaitons apporter notre vision au débat et quand il le faut, faire part de nos oppositions pour faire avancer la démocratie participative, la solidarité et l’écologie. 

Nous souhaitons partager avec le conseil municipal vos interrogations, vos besoins, vos projets… N’hésitez pas à nous en faire part.

Laisser un commentaire

Fermer le menu